LES ANCIENS COURS D'EAU

 

Avant de devenir la mégapole que nous connaissons, il coulait à Paris plusieurs petits cours d'eau qui se jetaient dans la Seine. Peu à peu, compte tenu de l'augmentation de la population au cours du IIème millénaire, ces rivières sont devenues de plus en plus impropres. A la fin c'étaient de véritables égouts à ciel ouvert qui coulaient entre les habitations. Certains ont été canalisés mais tous ont finis recouverts par des rues vers le XIXème siècle. Aujourd'hui la plupart est devenue des collecteurs d'égouts souterrains.

 

La Bièvre :

La Bièvre est une rivière de 33 Km de long, elle prend sa source dans la forêt domaniale de Versailles, à Guyancourt (78). Elle traverse ensuite plusieurs communes des Yvelines (Buc, Les Loges-en-Josas, Jouy-en-Josas) puis de l'Essonne (Bièvres, Igny, Massy, Verrières-le-Buisson). A partir d'Antony (92) elle devient quasi-intégralement souterraine. Elle passe après par Fresnes (94), Bourg-la-Reine (92, ville connue pour son jeu de mot), L'Haÿ-les-Roses (94), Cachan, Arcueil, Gentilly et enfin par Paris (75).

Elle tire probablement son nom des castors qui la peuplait autrefois (beavers en anglais). Plusieurs rivières françaises portent aussi ce nom.

Avec une carte topographique, on voit clairement son parcours :

crédits : cartes-topographiques.fr


Le tracé de la Bièvre dans Paris est difficile à représenter car le cours d'origine a été détourné pour faire tourner des moulins. Grosso-modo, elle entrait dans Paris au niveau de la Poterne des Peupliers (XIIIème), suivait la rue des Peupliers avant de partir vers l'ouest pour contourner la butte aux Cailles. Elle repartait ensuite vers le nord dans le quartier Glacière (où l'on gardait des morceaux de glace dans de la paille pour l'été), passait près de la manufacture des Gobelins avant de prendre la direction du nord-est longeant la rue du Fer à Moulin (Vème) pour se jeter enfin dans la Seine vers le quai d'Austerlitz (XIIIème).

La poterne des Peupliers est l'un des derniers vestiges de l'enceinte de Thiers
(une poterne est une porte dérobée dans une fortification)


crédits : butteauxcailles.e-monsite.com

Peu à peu, la Bièvre devint un égout : tanneurs, teinturiers, abattoirs, hôpitaux y jetaient leurs déchets si bien qu'au début du XXème siècle elle fut entièrement recouverte et raccordée à un collecteur d'égout.


Tanneurs photographiés par Charles Marville (1813-1879)

Aujourd'hui, il reste quelques traces de cette rivière dans Paris notamment grâce à des médaillons au sol indiquant « Ancien lit de la Bièvre – Bras vif » ou « Bras mort » (ce dernier correspondait au cours d'origine). En proche banlieue, on peut noter que plusieurs communes du Val-de-Marne (94) aimeraient la faire réapparaître là où c'est possible, c'est la cas par exemple à Cachan, sous l'aqueduc du Loing et du Lunain.


crédits : Ordifana, wikipedia.fr


crédits : Ordifana, wikipedia.fr


crédits : Ordifana, wikipedia.fr

 

Le ruisseau de Ménilmontant :

Ce ruisseau ou « ru » recevait des eaux des collines de Ménilmontant, Belleville, Pré-Saint-Gervais et Montmartre. A l'origine il se déversait dans la Seine au niveau du port de l'Arsenal près de Bastille (XIIème). Au XVIème siècle, il fut canalisé et transformé en égout à ciel ouvert, on le surnommait d'ailleurs le « Grand Egout ». Il faisait un demi-cercle autour des anciennes limites de Paris qui sont devenues aujourd'hui les Grands Boulevards.

Avec l'extension de la ville, il fut progressivement recouvert. Son tracé commençait sous l'actuelle place de la République (Xème), passait par la rue du Château d'Eau, rue des Petites Ecuries, rue Richer (IXème), rue de Provence, rue Roquépine (VIIIème), rue de Penthièvre, rue du Colisée et rue Marbeuf pour se jeter enfin dans la Seine au niveau du Pont de l'Alma.

Sur cet extrait de la carte de Cassini (XVIIIème siècle), on peut suivre son parcours : c'est l' "Egout" en-dessous de Montmartre.

 

La Grange-Batelière :

Ce ruisseau alimentait la capitale en eau potable déjà à l'époque des Romains. Au XVIIIème siècle il fut transformé en égout puis recouvert vers 1850. Il passe sous le IXème arrondissement : sous le magasin « Printemps Haussmann » du Boulevard Haussmann, puis près de l'opéra Garnier et sous la rue de la Grange-Batelière. Le nom de ce ruisseau provient d'une ferme fortifiée, la grange bataillée, construite dans la rue du même nom.

Dans le film « La Grande Vadrouille » réalisé en 1966 par Gérard Oury, Louis de Funès et Bourvil s'échappent de l'opéra Garnier en barque par cette rivière ; on peut supposer qu'ils rejoignent ensuite le réseau des égouts car ils ressortent rue des Halles (Ier). En réalité la Grange-Batelière ne coule pas tout à fait sous l'édifice mais à proximité. Ce mythe d'un cours d'eau passant sous l'opéra, entretenu par Gaston Leroux et son roman « Le Fantôme de l'Opéra » (1910), provient du fait qu'il existe un réservoir sous le bâtiment qui sert principalement à le stabiliser.


© Studio Canal

 

Le ruisseau de Montreuil (ou de la Pissotte)  :

Ce ruisseau prenait sa source à Montreuil (93), et se jetait dans la Seine au niveau du Port de l'Arsenal (XIIème). Aujourd'hui disparu, il alimentait probablement les douves de la forteresse de la Bastille et du château de Vincennes, ainsi qu'un étang à poissons devenu le lac de St-Mandé (XIIème). Ci-dessous une carte d'après l'abbé de la Grive (milieu du XVIIIème siècle).


Le ruisseau du bac :

Ce cours d'eau pris ce nom lors de la mise en place en 1550 d'un bac qui traversait la Seine, avant que ne soit construit le pont Royal. Il fut recouvert par la rue du même nom située dans l'actuel VIIème arrondissement.

 

Le ruisseau Saint-Germain :

Ce cours d'eau prenait sa source sur la colline du Montparnasse (XIVème) avant de se jeter dans la Seine, vers la place Saint-Michel (VIème). Il a lui aussi disparu.

 

Le ruisseau de Vaugirard :

Il descendait d'est en ouest l'actuel XVème arrondissement avant de se jeter dans la Seine vers le pont Mirabeau (XVème).

 

 

Liens, li1, links, linx...

- Des Ricochets sur les Pavés (travail culturel autour de la Bièvre) : des-ricochets-sur-les-paves.fr