LE BARRAGE DE ROCHEPINARD (1852-1940)

 

En 1807 Napoléon Ier (1769-1821) décide la construction du canal de Berry, aussi appelé canal du Cher ou canal du Duc de Berry pour faciliter les navigations berrichone et tourangelle. En plus de ce gros chantier reliant les villes de Montluçon-Nevers-Bourges-Vierzon (les pointillés bleus), on va réaliser 16 barrages en aval sur le « Cher canalisé » et un canal de jonction avec la Loire. Les travaux dureront jusqu'en 1841.


crédits : cher-canalise.fr

Le canal de jonction du Cher à la Loire, creusé entre 1824 et 1828, se trouvait en grande partie au niveau de l'actuelle frontière entre Tours et St Pierre-des-Corps (2,4 Km). Voici par exemple une photo d'une écluse au nord du canal, près de l'actuel quartier Blanqui, avec le quai de gare à gauche (voir quelques vestiges).

Au sud de cette voie navigable se trouvait l'écluse de Rochepinard, près de l'actuel IKEA.

Le canal c'est la ligne bleue verticale à droite de ce plan datant d'environ 1860.

 

Entre 1839 et 1841, on construit 16 barrages sur la partie aval du Cher (Cher canalisé), entre St Aignan-sur-Cher (où se trouve le zoo de Beauval) et Tours. Ceci toujours dans le but de faciliter la navigation. Près du dernier d'entre eux, à Rochepinard, on y captera de l'eau pour les Tourangeaux.

En effet les priorités évoluent : au début des années 1830, des cas de choléra sont signalés à Tours et dans d'autres grandes villes de France. Parallèlement la population urbaine se développe avec la Révolution Industrielle, il devient donc urgent d'augmenter les quantités d'eau potable disponibles et d'améliorer l'évacuation des eaux usées.

A la même époque que les grands travaux d'Haussmann et Belgrand à Paris, la ville de Tours décide donc de se doter d'un système de pompage moderne, elle choisit de prélever dans le Cher car censé être moins pollué que la Loire. Entre 1852 et 1863, un système de captage et une usine élévatoire sont construits au niveau de l'actuel jardin Guillaume Bouzignac, en face de l'île Balzac.

Malheureusement les installations de Rochepinard vont très vite se révéler mal adaptées : déjà l'eau du Cher est une eau de rivière donc d'une qualité discutable, ensuite les crues du Cher vont plusieurs fois endommager le barrage, enfin certains quartiers de Tours ne pouvaient pas être alimentés car trop hauts et/ou trop loin.

Pour répondre partiellement à ce dernier problème on décide entre 1860 et 1885 d'installer un réservoir au 1er étage de la tour Charlemagne (ci-dessous, place Châteauneuf). Puis en 1885 on construit 4 bassins souterrains en haut de la Tranchée (rue Ernest Huard/rue Villeret) d'une capacité de 32.000 m3.

Finalement les prélèvements à Rochepinard seront abandonnés vers 1940, avec l'amélioration des techniques de pompage et de traitement.

Le canal de jonction du Cher à la Loire (tout comme l'enemble du canal de Berry), concurrencé par le train, sera abandonné à la navigation après la seconde Guerre Mondiale. C'est enfin l'automobile qui lui donnera le coup de grâce quand il sera remplacé par l'A10 et l'avenue Georges Pompidou (au nord) en 1968. Des berges sont encore visibles côté ouest de l'autoroute.

 

 

Plus d'infos :
Syndicat du Cher Canalisé