LE RAS TAFARI

 

Genèse, chapitre 49 verset 9 :
« Juda est un jeune lion
De la proie, mon fils, tu es remonté ;
Il s'est accroupi, s'est couché comme un lion,
Comme une lionne : qui le ferait lever ? »

Première épître à Timothée, chapitre 6 versets 14 à 16 :
« garde le commandement sans tache et sans reproche, jusqu'à l'Apparition de notre Seigneur Jésus Christ, que fera paraître aux temps marqués
le Bienheureux et unique Souverain,
le Roi des rois et Seigneur des seigneurs,
le seul qui possède l'immortalité, qui habite une lumière inaccessible,
que nul d'entre les hommes n'a vu ni ne peut voir.
A lui appartiennent honneur et puissance à jamais ! Amen. »

Apocalypse, chapitre 5 verset 5 :
« L'un des Vieillards me dit alors : “Ne pleure pas. Voici : il a remporté la victoire, le Lion de la tribu de Juda, le Rejeton de David ; il ouvrira donc le livre aux sept sceaux.” »


Dans la Bible, le lion a toujours été le symbole de la tribu de Juda (la tribu de David et Salomon) ; il représente la royauté, la force et le courage. Les deuxième et troisième passages font apparaître deux des surnoms traditionnels des empereurs éthiopiens : Roi des rois et Seigneur des seigneurs (que l'on retrouvera ensuite dans l'Apocalypse) et Lion de la tribu de Juda dit aussi Lion de Juda ou Lion conquérant de la tribu de Juda (Judah en anglais). Ce lion « passant » est d'ailleurs représenté au milieu des bandes horizontales verte, jaune et rouge de l'ancien drapeau éthiopien ; ces couleurs deviendront celles de l'OUA (actuelle Union Africaine) et du panafricanisme. Ces deux textes du Nouveau Testament font aussi apparaître deux choses : l'un fait la prévision du retour de Jésus-Christ et l'autre évoque le Rejeton de David, c'est-à-dire le dernier de la lignée de David dont fait théoriquement partie Haïlé Sélassié Ier.

Apocalypse, chapitre 17 verset 5 :
« Sur son front, un nom était inscrit – un mystère ! – “Babylone la Grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre”. »

Apocalypse, chapitre 17 verset 14 :
« Ils mèneront campagne contre l'Agneau, et l'Agneau les vaincra, car il est Seigneur des seigneurs et Roi et rois, avec les siens : les appelés, les choisis, les fidèles. »

Apocalypse, chapitre 19 verset 16 :
« Un nom est inscrit sur son manteau et sur sa cuisse : Roi des rois et Seigneur des seigneurs. »

Apocalypse, chapitre 19 versets 19 et 20 :
« Je vis alors la Bête, avec les rois de la terre et leurs armées rassemblées pour engager le combat contre le Cavalier et son armée. Mais la Bête fut capturée, avec le faux prophète […] on les jeta tous deux, vivants, dans l'étang de feu, de soufre embrasé. »

Psaume 72 verset 9 :
« Devant lui [le roi promis] se courbera la Bête,
ses ennemis lècheront la poussière ; »

Ces versets de l'Apocalypse (dernier livre de la Bible) présentent deux combattants qui vont s'affronter : d'un côté Babylone (le colonialisme blanc et toutes ses institutions) et de l'autre le Cavalier/l'Agneau identifié au ras Tafari. Mussolini a été interprété par les rastas en 1935 comme étant cette fameuse Bête car il envahissait leur terre promise. Mais les Éthiopiens, largement aidés par les forces alliées, ont réussi à battre son armée quelques années plus tard et Sélassié retourna sur son trône à Addis-Abeba en 1941. La prophétie prévue dans le psaume 72 et dans l'Apocalypse semblait s'être réalisée.

 

Évangile selon saint Matthieu, chapitre 8 versets 23 à 27
≈ Évangile selon saint Marc, chapitre 4 versets 35 à 41
≈ Évangile selon saint Luc, chapitre 8 versets 22 à 25 :
« Puis il [Jésus-Christ] monta dans la barque suivi de ses disciples. Et voici qu'une grande agitation se fit dans la mer, au point que la barque était couverte par les vagues […]. Alors, s'étant levé, il menaça les vents et la mer, et il se fit un grand calme […]. »


Dans la Bible, on voit que Dieu a le pouvoir de faire pleuvoir ou au contraire d'arrêter la pluie ; par exemple avec le déluge où il prévient Noé ou encore quand Jésus, son incarnation terrestre, calme les mers. Les rastas pensent donc que c'est Jah qui est le responsable de tous les aléas climatiques (arc-en-ciel, tempête, orage etc.).
De même, des anciennes croyances africaines pensent que ce sont les dieux qui provoqueraient tous ces phénomènes et une partie ces traditions a été reprise par les rastas.

 

Évangile selon saint Matthieu, chapitre 2 versets 1 et 2 :
« […] voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem en disant : “Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu, en effet, son astre se lever et sommes venus lui rendre hommage”. »


D'après la tradition chrétienne, les rois mages auraient suivit l'étoile du Berger pour trouver Jésus à sa naissance. Cependant certains spécialistes avancent que ce qui aurait pu guider les mages serait plutôt des croisements planétaires. En effet, en 7 avant Jésus-Christ, Jupiter et Saturne se sont rapprochés trois fois dans l'année ce qui est extrêmement rare. Pour Sélassié aussi il semble qu'un phénomène astral assez exceptionnel se soit produit lors de sa naissance : le croisement entre Neptune et Pluton (une fois tous les 93 ans). De plus, il est né le 23 juillet, premier jour du signe zodiacal du Lion.

 

Le ras Tafari Makonnen en 1920            Haïlé Sélassié Ier le jour du couronnement (1930)
 
crédits : Bédros & Haigaz Boyadjian             crédits : Haigaz Boyadjian (portrait officiel)

Sa Majesté Impériale en Jamaïque (1966)

crédits : Michael Ochs