GANJA

 

Genèse, chapitre 2 verset 9 :
« Yahvé Dieu fit pousser du sol toute espèce d'arbres séduisants à voir et bons à manger, et l'arbre de vie au milieu du jardin, et l'arbre de la connaissance du bien et du mal. »

Psaume 18 verset 9 :
« une fumée monta à ses narines [celles de Yahvé]
et de sa bouche un feu dévorait
(des braises s'y enflammèrent). »

Ézéchiel, chapitre 47 verset 12 :
« Au bord du torrent, sur chacune de ses rives, croîtront toutes sortes d'arbres fruitiers dont le feuillage ne se flétrira pas et dont les fruits ne cesseront pas : ils produiront chaque mois des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture et les feuilles un remède. »

Apocalypse, chapitre 2 verset 7 :
« Celui qui a des oreilles, qu'il entende ce que l'Esprit dit aux Églises : au vainqueur je ferai manger de l'arbre de vie placé dans le Paradis de Dieu. »

Apocalypse, chapitre 22 verset 2 :
« Au milieu de la place, de part et d'autre du fleuve, il y a des arbres de Vie qui fructifient douze fois, une fois par mois ; et leurs feuilles peuvent guérir les païens. »


Le chanvre indien a été amené en Jamaïque au XIXème siècle avec des travailleurs indiens et chinois (les coolies), main d'œuvre alors bon marché pour les plantations, l'esclavage ayant été aboli. Le mot « ganja » est d'ailleurs originaire d'Inde. Les Anglais le cultivaient en Jamaïque (et aux Etats-Unis entre autres) pour ses tiges très résistantes qui permettent d'obtenir du papier (papier Bible par exemple), des cordes ou des vêtements.
La culture du chanvre « textile », c'est-à-dire pratiquement sans THC (le principal produit actif de la marijuana), pour obtenir ces produits se perdure légalement aujourd'hui sur toute la planète y compris en France. Les Jamaïcains par contre préfèrent cultiver le cannabis (nom scientifique du chanvre indien) pour ses fleurs aux effets psychotropes. Dans leur pays où la vie est dure, beaucoup l'appellent « l'ami du pauvre ».

Dans le psaume 18, les rastas ont interprété cette description comme étant Dieu en train de fumer de l'herbe. Dans la Genèse, Ezéchiel, les Proverbes et l'Apocalypse il est mentionné l'arbre de vie qui a été parfois interprété comme étant le chanvre indien ; cet arbre a été créé par Yahvé et placé dans le jardin d'Eden où vivaient Adam et Eve. La tradition éthiopienne dit aussi que sur la tombe du roi Salomon poussait une plante appelée « herbe de la sagesse » qui elle aussi a été identifiée au cannabis.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les rastafariens ne fument pas de kaya du matin au soir ; théoriquement l'herbe n'est utilisée que pendant les prières pour rentrer en méditation avec Jah. Les sâdhus indiens, qui la consomment pour trouver la sagesse, se servent le plus souvent de shiloms (cônes en bois) alors que les rastas préfèrent les joints ou le chalice (pipe à eau) qu'ils font tourner vers la gauche.
Ils croient aussi beaucoup aux vertus thérapeutiques du cannabis et s'en servent comme médicament (il est utilisé depuis des siècles en Asie contre de nombreuses maladies et aujourd'hui de plus en plus d'Occidentaux le redécouvrent et se soignent avec), ceci semble être accrédité par la Bible qui évoque des arbres dont les feuilles peuvent guérir les Hommes.
L'« herbe » augmenterait par ailleurs l'acuité auditive d'où son utilisation par beaucoup de musiciens. De nombreux artistes, rasta ou non, lui ont dédié des chansons appelées ganja tunes. Enfin, même s'il rend « I-rie » (heureux, cool), il n'est pas considéré par les rastafariens comme une drogue contrairement au café ou au tabac. Arvertissement : le chanvre indien est un produit potentiellement dangereux interdit en France sous toutes ses formes.