SEXUALITE ET AUTRES REGLES

 

Lévitique, chapitre 15 versets 19 et 20 :
« Lorsqu'une femme a un écoulement de sang [] Qui la touchera sera impur jusqu'au soir. Toute couche sur laquelle elle s'étendra ainsi souillée, sera impure ; tout meuble sur lequel elle s'assiéra sera impur. »

Lévitique, chapitre 18 verset 22 :
« Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. »

Lévitique, chapitre 19 verset 28 :
« [] vous ne ferez pas de tatouage. Je suis Yahvé. »

Lévitique, chapitre 21 verset 5 :
« Ils [les prêtres] ne se feront pas de tonsure sur la tête, ils ne se raseront pas le bord de la barbe et ne feront pas d'incisions sur le corps. »


Pour les Israélites, quiconque avait un écoulement de sang devenait impur pendant sept jours. Ceux qui les touchaient ou qui s'asseyaient sur une de leurs chaises ou sur leur lit restaient impurs jusqu'au soir. C'est pour cela qu'un rasta ne couche pas avec sa femme quand elle a ses règles. Cette peur séculaire des menstruations a donné tout un lots d'injures comme par exemple : « Blood clot », « Pussy clot », « Ras clot » ou encore « Bumba clot ! »... (« clot » signifiant caillot de sang). C'est aussi pour cette raison que peu de rastas pratiquent le cunnilingus.
Le Lévitique décourage aussi les pratiques homosexuelles, la population jamaïcaine est d'ailleurs largement homophobe dans son ensemble. Au début des années 2000 des associations de défense des homosexuels européennes ont d'ailleurs porté plainte contre des chanteurs de dancehall (Bobo pour la plupart).

Toujours selon ce livre, aucun rasta ne se fera de tatouage. Peut-être que c'est par extension ce verset qui explique pourquoi les femmes rastas ne se maquillent jamais.
Enfin, dans la Bible africaine utilisée par les rastas (la Holy Piby compilée par le garveyiste Robert Athlyi Rogers entre 1913 et 1917), le quatrième extrait a été traduit par : « Ils ne raseront ni tête, ni barbe et ne pratiqueront d'amputation sur leur corps. ». Bob Marley lui-même, alors qu'il était atteint d'un cancer, a refusé de se faire amputer d'une jambe par conviction religieuse.